Les leviers du “buzz” : L’hyper sexualisation

Moones ou la parfaite utilisation de Youtube