Les leviers du “buzz” : L’hyper sexualisation

Pour qui s’intéresse un peu aux phénomènes sociaux, l’industrie musicale regorge de sujets à traiter. Suite à la polémique générée par le vidéo clip “Blurred lines”, chanson interprétée par Robin Thicke, Pharrell et T.I., je me penche aujourd’hui sur l’hyper sexualisation comme levier du buzz.

De quoi est-il question ? Le phénomène n’est pas récent mais toujours d’actualité : il s’agit de l’hyper sexualisation de la société, c’est-à-dire l’utilisation (abusive) de la sexualité comme moyen de communication. On la constate dans tous les secteurs d’activité et l’industrie musicale n’y échappe pas.  Comme pour l’hyperviolence, l’hyper sexualisation des clips est à la fois cause et conséquence de la situation de notre société actuelle.

Venons-en au fait !

Robin Thicke feat Pharrell & T.I. – Blurred Lines (Unrated Version)

Outre le message tendancieux de l’artiste (qui en gros, nous dit qu’il en a marre des filles qui font semblant d’être prudes alors qu’en réalité, “elles ne demandent que ça” … Ben voyons.), c’est le clip qui dérange. Les mannequins, à moitié nues, dansent et servent d’objets face aux trois compères, bien contents d’être dans cette situation. On est donc face à un sexisme assumé qui fait l’objet d’une censure qui a poussé les artistes à fournir un 2ème clip moins … “découvert” dirons-nous.

Une comparaison entre la version originale et la version soft de Blurred Lines réalisée par LetsCompareMusicVids.

Robin Thicke feat Pharrell & T.I. – Blurred Lines (comparaison)

Cette deuxième version est celle qui s’est propagée sur les différentes chaines musicales. Bien qu’édulcoré, le clip reste une preuve de l’hyper sexualisation de notre société. Il a évidemment choqué plus d’une personne surtout après la prestation de Robin Thicke & Miley Cyrus au très médiatique MTV Video Music Awards 2013 ou la chanteuse (ex Hannah Montana) nous a montré que l’époque Disney était bien derrière elle.

Performance de Robin Thicke et Miley Cyrus au MTV Video Music Award 2013

Face au sexisme assumé de la chanson et la vulgarité mise en scène par les deux artistes lors de leur performance pendant la cérémonie, pléthore de parodies ont fleuries sur Youtube notamment.  Mais une a particulièrement retenue mon attention : celle de Adelaide Dunn, Olivia Lubbock and Zoe Ellwood, un groupe d’étudiants appelé “Law Revue Girls” de l’université d’Auckland. Féministes, les trois filles revisitent le clip et la chanson avec la ferme intention de mettre à jour le caractère sexiste et irrespectueux du clip de Robin Thicke.

Defined Lines (Feminist Parody of Blurred Lines)

Bref, ce clip et son histoire sont très intéressants car si à l’origine, la vidéo a connu un grand succès auprès d’un public majoritairement masculin, elle a aussi suscité l’indignation (et donc les parodies), ce qui lui a permis d’être encore plus partagée. A ce jour, la vidéo soft a été vue 165 348 902 fois.

Clairement, le caractère sexuel du clip lui a permit de rencontrer un tel succès. Mais ça a aussi été l’occasion pour certains de monter au créneau et affirmer une vision opposée à celle qui est montré dans le clip Blurred Lines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *