Les leviers du “buzz” : L’hyper sexualisation